Sérignan et Sainte-Cécile-les-Vignes

Sortie du 29 septembre 2013

Sentier botanique de Sérignan

Ce sentier, qui répertorie cent dix-huit plantes, nous a souvent permis de comparer des espèces voisines. Dès le départ deux espèces d’Euphrasie , plante hémiparasite de la famille des Orobanches : l’Euphrasie jaune, Odontites luteus, la plus foncée qui a une corolle d'un jaune d'or très ouverte et Odontites viscosus, plus claire, plus haute à rameaux étalés, glanduleuse à corolle presque fermée.
A cette saison, peu de fleurs mais nous avons beaucoup observé fruits et graines.

Notre attention est attirée par les fleurs et fruits en grappes spectaculaires de la Salsepareille.

Salsepareille en fleurs
Salsepareille en fruits



Sur l’Arbre à perruques ou Sumac fustet reconnaissable à ses panicules plumeux terminés par de rares fruits ; « fustet » vient de la fustine qui donnait un colorant jaune pour les cuirs et les peaux.

Chèvrefeuille étrusque
Puis nous comparons un Chèvrefeuille des Baléares : plante glabre à feuilles connées toujours vertes, pointues avec un liseré translucide dont les fruits sessiles de couleur orange semblent « plaqués» sur les feuilles terminales avec un Chèvrefeuille étrusque : feuilles non persistantes, seules les supérieures sont connées (voir photo 3).

Ces deux chèvrefeuilles sont « sarmenteux » (peu grimpants).



Ciste à feuilles de sauge
Le Ciste cotonneux à fleurs roses et aux fruits secs en capsules voisine avec le Ciste à feuille de sauge dont la floraison est blanche.








La coronille des bois : tige striée, feuilles composées de 5,7 ou 9 folioles, gousses longues et fines qui ne s’ouvrent pas est parfois confondue avec le Cytise à feuilles sessiles dont les feuilles sont composées de 3 folioles (en fait seules les feuilles terminales sont sessiles et ce caractère n'est pas toujours visible!!).

Pistachier Térébinthe
Le Pistachier Térébinthe, feuilles caduques et folioles en nombre impair portait des fruits mais aussi des gales d’un puceron du genre Forda.








Rouvet blanc
Le Rouvet blanc, hémiparasite sur genêt, romarin, chêne a des fruits rouges toxiques.








Au passage, nous touchons les aiguilles très fines du Pin d’Alep puis celles, longues, dures et piquantes du Pin maritime qui possède de gros cônes.

Le Genêt poilu : bas, prostré aux feuilles poilues côtoie le Spartier à feuilles de jonc ou faux genêt d’Espagne.

Quelques papillons fréquentent ces lieux : le Tircis femelle Lasiommata aegeria et sur un Arbousier : Plogophora meticulosa.

Tircis femelle Lasiommata aegeria

Phlogophora meticulosa 


Côte à côte : Bruyère arborescente, fleurs blanches, en grelots, pendantes, jeunes rameaux poilus et la Bruyère à balais aux fleurs verdâtres (c’est le calice qui est coloré, la corolle est à l’intérieur). Ces deux bruyères aux feuilles en aiguilles disposées par trois au même niveau diffèrent de la callune par la disposition des feuilles qui sont 2 par 2 en écailles décussées.

Nerprun alaterne, feuilles alternes, coriaces aux bords cartilagineux, translucides au soleil,
près de la Filaire aux feuilles opposées et fruits bleus.

Filaire, Phillyrea media

Espace culturel de Sainte-Cécile-les-Vignes

Visite guidée de la collection Louis Gauthier (instituteur naturaliste) : son métier et ses passions

Instituteur depuis 1920, il arrive en 1928 comme directeur de l’école communale. A cette époque, pour les parents, le but est d’apprendre à « lire, écrire, compter » ensuite s’ajoute tout ce dont l’homme du peuple a besoin jusqu’à la fin de sa vie : morale, « leçons de choses », histoire….


Même si on le dit sévère, Louis Gauthier est très ouvert et sort du cadre scolaire : il enseigne le chant et la comédie, participe à l’organisation de voyages, mais surtout il emmène ses élèves sur le terrain pour observer et « ramasser » des objets qui feront l’objet d’étude. Il crée un véritable musée scolaire qui lui sert de matériel pédagogique concret (animaux, crânes, ossements, fossiles, matériel archéologique..). On peut voir des cahiers d’écoliers avec cours, dessins et schémas ; des vitrines de planches didactiques par exemple : Les ennemis de la vigne.

Archéologue : les découvertes qui sont étudiées servent de base à l’enseignement de l’histoire et de la géographie ; il confectionne des planches, par lieu, par thème.

Entomologiste : plus tard, s’apercevant que les enfants ne connaissaient pas les insectes, il se documente, crée des boites thématiques pour les « leçons de choses » et réunit des collections.

La salle de classe (époque 1930-1960)






Autour du bureau, les armoires contenant le matériel scolaire habituel ; au mur une maxime, des cartes et surtout le matériel pédagogique de M° Gauthier :
  • Des animaux naturalisés et des ossements pour les sciences
  • Des objets et planches archéologiques pour l’histoire (et l’histoire locale)
  • Des centaines de boites d’insectes et de papillons


Notre journée très enrichissante et variée se termine par la visite de l’exposition temporaire sur l’eau.
Imprimer cette pageImprimer Télécharger une version PDF de cet articlePDF